Fessée. « Aucune vertu éducative » pour le ministère des Familles

Dans le livret offert aux parents qui attendent un enfant, il est conseiller une éducation excluant toutes punitions corporelles, comme les gifles ou encore les fessées.

« Taper un enfant ne fait pas partie des vertus éducatives. » en France, la fessée reste d’actualité et donc permise, mais le nouveau livret des Parents avertis ceux-ci à propos des retombées concernant des châtiments corporels.

« En punissant corporellement l’enfant et en lui adressant des phrases humiliantes, ne suffiront à empêcher l’enfant à ne plus récidiver, mais sont source de stress pouvant avoir une incidence sur son développement », lit-on dans le document de 16 pages, que les nombreux futurs d’un premier ont reçu lundi. Celui-ci leur est envoyé quand la grossesse se trouve entre le quatrième et le cinquième mois.

La majorité de français n’est pas d’accord avec le fait d’interdire la fessée. Ce livret a été conçu par le ministère des Familles en collaboration avec la Caisse des allocations familiales (CAF) et de la Mutualité sociale agricole (MSA). Son but est de fournir toutes les réponses relatives à la parentalité.

D’après un sondage publié par le quotidien Le Figaro, près de 70% de français avaient déclaré qu’ils n’étaient pas d’accord avec l’interdiction de la fessée.