Fille ou garçon, une question de chromosomes

    Le sexe de votre futur bébé est déterminé génétiquement dès la fécondation. La fille naît de la fusion entre un ovule et un spermatozoïde porteur d’un chromosome X. Le garçon naît de la fusion entre un ovule et un spermatozoïde porteur d’un chromosome Y. Explications.

    Fille ou garçon, comment ça se passe ?

    Au moment de la fécondation, l’ovule et le spermatozoïde sont les seules cellules de l’organisme qui n’ont que 23 chromosomes chacun (au lieu de 46 dans toutes les autres cellules) : 22 chromosomes identiques et 1 chromosome sexuel.

    L’ovule contient : 22 chromosomes + 1 chromosome sexuel X. Le spermatozoïde contient : 22 chromosomes + 1 chromosome sexuel X ou 1 chromosome sexuel Y.
    Lorsque spermatozoïde et ovule s’unissent, deux solutions sont possibles. Si l’ovule est fécondé par un spermatozoïde ayant les chromosomes sexuels XY… c’est un garçon qui verra le jour. Fécondé par un spermatozoïde comportant les chromosomes XX, ce sera une fille.

    • 1 fille (XX) = union d’un spermatozoïde X et d’un ovule X
    • 1 garçon (YX) = union d’un spermatozoïde Y et d’un ovule X

    La parité dès le début

    On comprend donc bien que c’est le chromosome sexuel du spermatozoïde (X ou Y), donc le père, qui détermine le sexe de l’enfant. Les spermatozoïdes porteurs de Y sont un peu plus nombreux, plus rapides mais aussi plus fragiles que les X. Il naît donc 105 garçons pour 100 filles. C’est ce qu’on appelle la parité !
    Et inutile de vouloir tricher pour avoir plutôt une fille ou plutôt un garçon : aucune méthode – augmenter ou diminuer l’acidité du milieu vaginal, avoir des rapports le plus près possible ou à distance de l’ovulation, manger plus sucré ou plus salé – n’a de justification scientifique. Pire, certains régimes alimentaires déséquilibrés sont à proscrire.