Keira Knightley veut une égalité dans la garde d’enfants entre les hommes et les femmes

    Keira Knightley dénonce les inégalités présentes entre les femmes et les hommes surtout quand naît un enfant.

    Elle a accordé un entretien à Harper’s Bazaar UK, dans lequel, elle critique le dispositif du mode de garde au Royaume-Uni. Elle souhaite que les la garde des enfants soit équilibrée entre les hommes et les femmes.

    Après avoir donné naissance à une fille Edie, il y a une année environ, Keira Knightley fait face à une problématique à laquelle sont confrontés les parents et surtout les mères qui consiste à savoir, la darde des enfants.

    « La chose la plus déplaisante dans ce pays, c’est que le dispositif de garde d’enfant coûte cher. « ce ne sont pas toutes les femmes qui bénéficient d’un dispositif de garde d’enfants, après leur accouchement, car il n’y a celles qui touchent des revenus élevés qui ont la possibilité de profiter d’un dispositif de garde d’enfant à temps plein » lance l’actrice « Harper Bazaar ». Sachant qu’elle est très avantagée, l’actrice explique qu’elle est inquiète pour les familles qui n’ont pas les moyens de s’offrir ce service en Angleterre.

    Bien qu’elle ne travaille pas dans des administrations, elle critique le manque d’égalité professionnelle notoire entre les hommes et les femmes. Elle souhaite un partage du congé parental égal pour les deux parents.

    Dans le cadre du recrutement, « les employeurs préfèrent les hommes, car il craignent que les femmes s’absentent ».

    Les femmes mettent en veilleuse leur vie professionnelle

    Cette colère exprimée par Keira Knightley devrait interpeller les parents français. Ceux-ci considèrent que le problème ne concerne pas le coût des modes de garde, mais plutôt le manque de places disponibles pour les enfants au moment où ils en recherchent.

    De ce fait, l’Institut national d’études démographiques indique qu’il n’y a que 16% des enfants âgés de moins de 4 ans qui accèdent en crèche et environ 50% dont la garde est remise à la charge des parents. Dans ce cas, ce sont les femmes qui arrêtent de travailler un moment pour garder les enfants et les éduquer.

    Une étude menée par la Drees, un institut travaillant pour le ministère de la Santé, publiée le 2 novembre, ce sont les femmes qui passent plus de temps à garder les enfants dans le cas où il n’y a pas de mode de garde trouvé.