Quand l’alcool avait été interdit dans les cantines aux moins de 14 ans

On est loin de l’époque où l’état avait pris la décision d’interdire les boissons alcoolisée aux adolescents âgés de moins de 14 ans dans les cantines.

Cela fait maintenant 60 ans que cette décision avait été prise par les autorités. Deux années précédant l’année où celle-ci avait été prise, le gouvernement dirigé par Mendès France s’était attaché au problème.

C’est en finalement au mois d’aout de la même année que le ministère de l’Education nationale avait validé la circulaire qui interdisait de donner de la boisson alcoolisée dans les écoles aux enfants âgés de moins de 14 ans.
Par contre, les enfants plus âgés pouvaient continuer à en boire dans les cantines, mais à condition d’obtenir une autorisation de leurs parents. Et fallait aussi que les bouteilles n’aient aucune référence sur le degré d’alcool ». La loi indiquait aussi que le degré d’alcool ne devait pas dépasser 1/8e de litre de vin coupé d’eau par élève.

Un ½ litre de vin

Mais avec cette loi on est à des années lumières où la consommation d’alcool en France a atteint son niveau le plus élevé et où note une consommation importante chez les plus petits. On pouvait lire dans le rapport du comité consultatif national d’hygiène scolaire et universitaire datant de mars 1951 que « l’expérience de Montgeron (Essonne) », où les autorités ont essayé d’interdire l’alcool dans les internats, une méthode qui a été jugée « extraordinaire et convaincante », sauf qu’actuellement, une telle mesure ne peut avoir de force ». Le même rapport indique que ce test ne pouvait pas marcher dans d’autres région comme celles viticoles, où il fallait avancer avec prudence ».

Une information confirmée par le docteur Suzanne Serin, dont l’ORTF a publié le témoignage. « Il existe des parents qui mettent de la boisson dans le sac de leur enfant. C’était parfois un demi-litre de vin, de bière, ou de cidre et ce, en fonction de la région. J’ai dernière appris qu’un incident s’est produit dans la région parisienne où les parents qui voulaient que l’on remette de la boisson aux enfants, un souhait auquel était opposé le directeur.

Ainsi, les parents avaient pris la décision de donner du vin à leur enfant avant qu’ils n’aillent à l’école. Au point où les enfants arrivaient la peau rouge, transpirant et dormant en classe » déplore le médecin. Un choix qui n’est pas judicieux, s’alarme l’état.

Ainsi, le gouvernement a pris la décision d’interdire cette pratique depuis deux ans. Ensuite, en novembre 1954, Pierre Mendès France, Premier ministre crée le Haut Comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme. Mais tout le monde a été touché par « le verre de lait de Mendès France ».